Catégories
Jeu vidéo

Intellivision (1979)

Dès 1977, le fabricant de jouets Mattel (Barbie, Hot Wheels) sort un jeu électronique portable Auto Race, suivi par Mattel Football. Pour aller plus loin, il décide de faire du jeu vidéo et de concurrencer Atari et sa console VCS (2600). Mattel sort alors l’Intellivision.

Star Strike Intellivision

Contraction de Intelligent Television (« télévision intelligente »), la console est livrée avec deux jeux intégrés : Las Vegas Poker et Blackjack.

Elle connaît d’autres appellations comme Radio Shack’s TandyVision GTE-Sylvania’s Intellivision ou Sears Super Video Arcade.

Intellivision est livrée avec des manettes dotées d’un pavé numérique, de quatre boutons sur le côté et d’une molette.

Le seul problème de ce périphérique est qu’il est impossible de faire deux actions simultanées comme courir et tirer en même temps pendant le jeu.

Chaque jeu est livré avec un calque à poser sur la manette. Ce dernier permet non seulement de comprendre à quoi correspondent les commandes mais cache aussi celles qui ne servent pas.

La seconde version se contente d’une manette sans clavier. En 1982 sort Intellivoice, synthétiseur vocal utilisable dans quatre jeux. On peut également trouver un clavier de 49 touches comme autre périphérique spécifique.

Intellivision est aussi la première console à proposer des jeux à télécharger par le biais du câble de la télévision. Chaque mois, il y a une sélection d’une vingtaine de jeux parmi les plus populaires.

Dungeons & Dragons Intellivision

Au début, il n’y a que cinq personnes pour développer tous les jeux, mais l’équipe grossit très vite pour dépasser la centaine.

La console Intellivision est le premier concurrent sérieux disposant d’un catalogue de jeux tellement important que même les rivaux (Atari et Coleco) développent des jeux pour l’Intellivision.

En 1982, Mattel fait un partenariat avec Bandai pour distribuer sa console au Japon.

Le succès est suffisant pour convaincre la firme de distribuer ensuite d’autres consoles comme l’Emerson Arcadia (1983) et la Vectrex (1983) avant de sortir ses propres machines plus tard.

Lors du crack de 1983, les droits d’exploitation sont vendus à INTV Corp. qui continue à distribuer la console jusqu’en 1991.

Mattel ne revient sur le marché du jeu vidéo qu’en 2006 avec HyperScan qui utilise des puces RFID. Seuls cinq jeux sortent alors et son exploitation s’arrête au bout d’un an.

Pour d’autres articles dans la série 5 min d’histoire du jeu vidéo, allez ici.

Et si vous avez lu jusqu’ici et apprécié l’article, offrez-moi un café 🙂

Qu'en pensez-vous ?