Catégories
Manga

Comment briser le cycle de la vengeance

Qu’est-ce qui relie Naruto et My Hero Academia ? Un même rapport au cycle de la vengeance.

Dans les incipits de ces deux mangas, les héros sont décrits comme des personnages isolés. Naruto fanfaronne mais il est orphelin et n’a personne pour le remettre dans le droit chemin à part son maître qui l’invite de temps en temps dans un restaurant de nouilles. 

Deku n’a aucun pouvoir dans un univers où tout le monde possède une habilité génétique extraordinaire leur permettant de devenir des super héros. Il vit avec sa mère qui au lieu de l’encourager ne fait que s’apitoyer sur son sort.

Rejet vs ressentiment

Dans le premier chapitre de Naruto, le héros lutte contre son rejet par les habitants du village en agissant de manière bravache, multipliant les bêtises pour se faire remarquer à défaut de se faire aimer.

N’ayant ni pouvoir ni force physique, Deku se contente de recevoir les coups et les railleries. Le premier chapitre de My Hero Academia débute par une scène de harcèlement. Depuis l’âge de quatre ans le héros est en réalité un souffre-douleur. 

Néanmoins, les deux adolescents aux pères absents peuvent suivre des exemples symboliques. Naruto veut devenir Hokage, maître du village et meilleur des ninjas.

Deku souhaite égaler All Might, héros professionnel qui garde toujours le sourire aux lèvres même dans les situations les plus dramatiques.

Ces modèles de virilité leur permettent de ne pas rester dans une position de victime. Même s’ils ne savent pas quelle est la bonne voie pour s’en sortir, ils ont un objectif qui les guide et leur permettent de s’améliorer.

Au lieu d’envier les pouvoirs ou la puissance des autres, ils estiment qu’il s’agit d’autant d’occasion pour s’améliorer. Ils transforment ainsi le rejet en motivation au lieu de le laisser devenir ressentiment.

Cycle de la vengeance

Plus encore, au lieu de vouloir se venger des ceux qui les ont rejetés, les deux héros choisissent de briser le cycle de la vengeance.

Dans My Hero Academia, Katsuki Bakugô dit à Deku qu’il ferait bien de se suicider pour espérer avoir des pouvoirs dans une seconde vie.

Au lieu de lui en tenir grief, le héros estime qu’il a parlé sans comprendre les conséquences : s’il s’était vraiment suicidé, Katsuki aurait dû payer les conséquences de ses paroles méprisantes.

Par la suite, Deku est le seul à s’élancer pour tenter de sauver Katsuki alors que des policiers et des super héros se tiennent face au monstre sans savoir comment intervenir. C’est grâce à cet acte de courage, que le héros reçoit l’approbation de son idole, All Might.

De la même manière, Naruto aurait pu utiliser le Rouleau des Techniques Interdites pour libérer le démon en lui et détruire le village de Konoha. Après tout, les habitants se sont toujours montrés suspicieux contre lui. Il n’a jamais vraiment été intégré.

Mais l’adolescent suit l’exemple de son maître Iruka. Celui-ci est devenu orphelin à cause du démon contenu dans le corps de Naruto.

Au lieu d’en vouloir au gamin, il a su distinguer les responsabilités de l’humain et du démon. Il sait aussi qu’il est inutile de vouloir se venger car tuer le démon revient à tuer son hôte.

Là encore le cycle de la vengeance est rompu, ce qui permet au héros de grandir au lieu d’être une victime rongée par le ressentiment ou un nihiliste assoiffé de vengeance.

Contre exemples

Dans My Hero Academia comme dans Naruto, d’autres personnages suivent des voies différentes et se laissent emporter dans le cycle de la vengeance.

Sasuke Uchiwa se laisse corrompre et fait alliance avec les plus dangereux criminels afin de venger l’extermination de son clan par son propre frère.

De même, Shoto Todoroki hait tellement son père qu’il refuse d’utiliser les pouvoirs qui sont liés à cet héritage paternel.

Si le personnage devient plus sympathique et parvient à se réconcilier avec sa mère qui l’avait rejeté, il a encore des progrès à faire pour accepter son père.

Ces personnages servent de contre-exemples au héros résilient qui a su surmonter son désir de revanche et le transformer en une force positive.

Ainsi la lecture de ces mangas épiques permet d’expérimenter de manière imaginaire différents choix de vie, de montrer la voie du héros et son parcours ardu.

Voir l’analyse de l’incipit de My Hero Academia

Voir l’analyse du premier chapitre de Naruto

Et si vous avez lu jusqu’ici et apprécié l’article, offrez-moi un café !

Qu'en pensez-vous ?