Spécificités éditoriales du manga au Japon

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Caligarine dit :

    Merci pour cet article salutaire qui remet bien les choses à plat et en perspective (notamment sur le fait que la population japonaise est plus nombreuse que celle de France; par contre, peut-être il vaudrait mieux parler de la Francophonie en général puisque les mangas traduits se retrouvent vendus dans divers pays, même si le prix du livre est légèrement différent…).

    • Bounthavy dit :

      C’est moi qui vous remercie pour ce commentaire ! Il est vrai que les mangas traduits en français sont vendus dans différents pays mais comme je ne connais pas les chiffres réels de ces ventes, je préfère m’abstenir. Si Casterman ne vendait que 5% de sa collection de manga dans les pays européens francophones ce ne serait pas significatif. De plus je ne suis pas sûre que le Canada ait les mêmes traductions que les Français.
      En revanche, il serait vraiment intéressant de faire le même article par rapport à la Catalogne et l’Espagne qui ont beaucoup diffusé de dessins animés japonais sur les chaînes cathodiques et qui traduisent pas mal de mangas.

  2. Suiginto dit :

    Un article très didactique et intéressant, ça remet bien les choses en perspective concernant l’édition en France et au Japon!
    J’ai appris plein de nouveaux termes techniques en japonais, je vais essayer de m’en resservir! 😀

  3. Khonda dit :

    Excellent article !
    Je sais ou envoyer toutes les personnes qui se demandent comment fonctionne l’édition de mangas au Japon.

  4. darklinux dit :

    Très bonne article , en faites , Panini et Urban comics , pour les comics , ont repris ce système …sauf que les revues kiosque ce conserve

%d blogueurs aiment cette page :